La gingivite
 - La gingivite est une maladie de la gencive directement liée à certaines bactéries que nous avons naturellement en bouche.

Il y a un facteur génétique défavorable chez la moitié des patients, ceux-ci feront une maladie plus importante : la maladie parodontale, le déchaussement des dents, dont le premier traitement est le même que celui de la gingivite mais celui-ci ne sera pas suffisant, et cette maladie nécessite l’intervention de votre chirurgien-dentiste.

La gencive signale sa maladie en saignant. Le réflexe de tout un chacun est de ne pas toucher, de ne pas brosser la zone qui saigne. Or pour qu’il y ait un saignement, il faut une plaie; le premier soin d’une plaie est son nettoyage., en bouche avec une brosse souple et du dentifrice. Massage doux sur la gencive avec une petite brosse souple, tant pis si ça saigne, mais ne vous faites pas mal. Il est impératif d’y passer du temps mais en trois jours les saignements diminuent et disparaissent en une semaine.

Ne brossez pas les dents, ne soignez que la gencive, c’est elle qui est malade, gardez constamment le contact de la brosse avec la gencive, les dents seront propres. En cas d’échec consultez votre chirurgien–dentiste car cette maladie bactérienne « attaque » le cœur et les articulations.

Le tabac masque la gingivite et minimise les douleurs. Les patients consultent donc tardivement. Fumeurs consultez votre chirurgien-dentiste.


Implants
Un implant dentaire est une racine artificielle placée par le chirurgien-dentiste dans l'os alvéolaire de l'un des maxillaires en remplacement de la racine d'une dent extraite et servant de support à une prothèse.

Sa forme est généralement cylindrique ou légèrement conique, ressemblant à une vis, en titane ou en zircone, avec une connexion au niveau supérieur, à l'emplacement de la gencive, pour permettre la pose d'un élément prothétique par vissage ou scellement.

Son diamètre varie entre 3 et 5mm et sa longueur entre 8 et 15mm.

Protocole opératoire

Cette technique sûre et efficace s'appuie sur des données scientifiques avec un recul clinique de plus de 20 ans. La pose d'un implant, réalisée sous anesthésie locale, est totalement indolore. Elle se pratique au cabinet dentaire ou en clinique.

Le choix se fait en fonction de l'emplacement, de la quantité d'os disponible, et des éléments anatomiques environnants à partir d'un examen radiologique et scanner de la zone à implanter.

Une asepsie rigoureuse est importante pour assurer le succès de l'intégration de l'implant.

Le chirurgien-dentiste après une anesthésie locale pratique une incision, puis il décolle la gencive pour accéder à l'os alvéolaire.

Ensuite il prépare l'emplacement de l'implant dans l'os en passant plusieurs forets de diamètre croissant. Le forage de l'os se fait à vitesse maitrisée et lente sous irrigation, pour respecter la structure et éviter tout échauffement de l'os. Le praticien arrête lorsqu'il à obtenu un puit d'un diamètre très légèrement inférieur à l'implant à poser.

L'implant est placé dans l'os le plus souvent par vissage et doit avoir une liaison forte avec l'os. le praticien replace alors la gencive et pose des points de suture.

Il faut attendre après la pose de l'implant, l'ostéo-intégration, qui peut durer plusieurs mois. L'implant va se souder complètement avec l'os et contrairement à la dent il n'y a pas de ligament alvéolo-dentaire.

Pour finir, une prothèse sera mise sur cet implant qui se comportera comme une racine artificielle.